Illusionary Nature - Digital Worlds

×

Message d'erreur

  • Warning: include_once(/home/voxelspraz/www/misc/brumann/polyfill-unserialize/src/Unserialize.php): failed to open stream: No such file or directory in include_once() (line 35 of /home/voxelspraz/www/includes/file.phar.inc).
  • Warning: include_once(): Failed opening '/home/voxelspraz/www/misc/brumann/polyfill-unserialize/src/Unserialize.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/php7.2/lib/php') in include_once() (line 35 of /home/voxelspraz/www/includes/file.phar.inc).

Illusionary Nature - Digital Worlds

Illusionary Nature - Digital Worlds
Exposition Collective

Museum Sinclair-Haus, Bad Homburg v. d. Höhe, Allemagne

Après «Sur-Natures» et «Fractal Flowers», «Trans-Nature» présente une nouvelle génération de plantes et de fleurs artificielles démesurées. «Trans-Natures» explore avec poésie la question du lien entre nature et artifice. Selon une démarche initiée à la fin des années 90, cette création prend appui sur l’observation du règne végétal et sa transposition imaginaire dans l’univers numérique. Cette nature artificielle, dont les formes rappellent la végétation des sous-bois, mêle différentes espèces d’arbres, d’arbustes, de brindilles et de feuillages. Son développement et ses formes s’inspirent des arborescences, systèmes d’organisation des données utilisant le principe de racines et de branches. Cette nature aux formes parfois réalistes, parfois abstraites se génère à l’infini. Les plantes naissent aléatoirement, s’épanouissent et meurent en fonction de différents « codes morphogénétiques». Le jardin se renouvelle et se métamorphose en permanence.
Des formes végétales fluides déploient leurs courbes tandis que des arborescences de branches acérées grandissent sans répit et semblent parfois sortir de l’écran. Certains plantes deviennent gigantesques, d’autres s’effacent en passant comme des nuées de pollinisation florale, d’autres encore disparaissent dans le lointain comme des feux d’artifice.
Les feuillages, les fleurs épineuses et les arborescences en déploiement tournoient et s’entrelacent en un mystérieux ballet végétal qui s’évanouit. La légèreté de leur danse trace les contours d’un jardin, qui comme un microcosme, semble résumer l’évanescence de la beauté et de la vie.